etatart3.png

Acquérir l’état des connaissances sur un sujet précis demande de la méthode et des outils pour faciliter l’accès à l’information. Dans le cadre d’une thèse, ce travail d’étude de l’état des connaissances permettra au doctorant / chercheur de devenir spécialiste du domaine étudié, de reconnaitre les équipes / personnes produisant des travaux majeurs, d’ajuster ses idées / sa recherche par rapport aux travaux récents pour réaliser un travail original.

Pour acquérir cet état des connaissances, il y a un chemin assez long à parcourir et il est prudent de s’intéresser dés le départ à la façon de s’organiser et aux outils pour faciliter cette recherche.

S’organiser

  1. Commencez par mettre en place un outil de gestion de bibliographie pour stocker les références des articles / thèses que vous allez lire.
  2. Ajouter un maximum d’information pour chaque référence (mots clés, résumé), cela vous permettra d’effectuer facilement des recherches dans votre base de données bibliographique.
  3. Certains gestionnaires de bibliographie offrent une compatibilité avec bibtex, vous pourrez ainsi facilement ajouter vos citations dans LaTeX. Faites en sorte que vos entrées bibliographiques respectent un certain formalisme (voir billet sur JabRef). Pour ceux qui préfèrent Word, il y a EndNote ou bien d’autres gestionnaires abordés dans ce billet.

Rechercher l’information

  1. Lisez plusieurs thèses relativement proches du domaine à étudier. Prenez soin de noter les références importantes: vous pouvez les ajouter dans votre gestionnaire de biblio et les « marquer » pour les récupérer et les lire plus tard.
  2. Faites des recherches d’articles à partir de portails spécialisés: Google scholar, ScienceDirect, PubMed, ACM Portal, Google (pas trop spécialisé mais toujours efficace), CiteULike, CiteSeer, etc.
  3. Pour compléter votre culture du domaine de recherche, intéressez vous aux chercheurs dont les travaux ont beaucoup d’influences ainsi qu’aux conférences ou revues qui proposent des articles dans votre domaine. Votre gestionnaire de bibliographie vous aidera à rendre ces informations plus évidentes.

Se tenir informé

  1. De nombreux articles paraissent chaque jour. Vous pouvez utiliser les alertes par email de google ou bien de certains portails comme ScienceDirect pour être informé de la parution d’un article proche de votre domaine de recherche.
  2. Il y a maintenant beaucoup mieux que les alertes par mail ou bien les newsletter: les flux RSS. Combiné à l’excellent agréateur de flux Google Reader, il me semble difficile de faire mieux à l’heure actuelle: la plupart des revues proposent des flux RSS, ainsi, dés la parution d’un nouveau numéro ou bien d’articles en préprint, le flux est actualisé. Votre agréateur de flux reçoit, mélange et organise visuellement ces flux: pour résumé, vous avez accès d’un seul coup à la liste de tous les articles et call for paper parus récemment et auxquels vous êtes abonnés. Plus besoin d’aller fouiller dans les newsletters auxquelles vous êtes abonnés.

Partager

Les marque-pages sociaux (social bookmarking) deviennent de plus en plus populaires (del.icio.us, Digg). Les internautes partagent et organisent les liens et les informations qu’ils trouvent intéressants. CiteULike est basé sur ce principe et se destine principalement aux chercheurs. Voici une liste des fonctionnalités proposées:

  • La bibliographie: CiteULike vous permet de constituer une bibliographie, de partager des articles avec d’autres utilisateurs et d’associer des articles à des groupes.
  • Les groupes sont créés par les utilisateurs et correspondent généralement à des noms d’équipe ou bien à des thématiques de recherche.
  • Partager des articles permet de repérer des personnes proches de votre thématique de recherche. Vous pouvez alors entrer en contact avec elles et vous abonner à leur bibliographie à l’aide de flux RSS.
  • Vous pouvez également proposer une discussion sur un article particulier.
Publicités