Word


blender illustrator_logo.jpg

Créer des images vectorielles à partir de modèles 3D n’est pas évident; je m’y suis intéressé lors de ma thèse pour la réaliser des illustrations à partir d’objets 3D modélisés avec Blender.

Vraiment utile?

Ça dépend. Ce n’est pas la peine d’essayer de convertir une scène 3D complexe en image EPS, PDF ou SVG car d’une part, la conversion ne permettra jamais d’atteindre le niveau de qualité d’un rendu photo-réaliste et d’autre part, l’affichage de la figure sera très long et rendra la lecture du document désagréable.

L’intérêt réside plutôt dans la conversion d’un objet 3D peu complexe (faible nombre de polygones : moins de 400) en image vectorielle pour bénéficier d’une taille d’image faible mais aussi d’une qualité impeccable.

De quoi j’ai besoin?

  • Blender : suite libre et gratuite d’animation, de modélisation et de rendu 3D.
  • Meshman ou Wings 3D : pour convertir les objets 3D en images vectorielles EPS.
  • Adobe Illustrator : seul outil à ma connaissance permettant de retravailler efficacement les images EPS.

Si la programmation ne vous fait pas peur, vous pouvez générer de l’EPS directement dans votre application 3D. Des infos sont dispos sur les sites suivants :

Etapes

  1. Modélisez votre objet 3D avec Blender (ou tout autre programme) et exportez le au format wavefront (obj) ou Object File Format (off).
  2. Ouvrez votre objet 3D avec Meshman ou Wings 3D, ajustez la scène 3D et exportez le tout au format EPS. Faites en sorte de ne garder que les faces.
  3. Ouvre votre image EPS avec Illustrator, supprimez les informations (cadres, traits, etc) inutiles et augmentez la taille des contours.
  4. Ajoutez en option des tags pour intégrer du texte en police LaTeX avec psfrag.

Exemples d’images vectorielles provenant de modèles 3D

rub-01.png rub-02.png rub-03.png
Remarque : Adobe propose le logiciel Adobe Acrobat 3D pour réaliser des documents PDF3D. Cette technologie permet d’obtenir des  illustrations 3D vectorielles et animées. La visualisation 3D est possible à partir de la version 7 d’Adode Reader. Les outils pour concevoir des figures 3D sont cependant chers. Je n’ai pas trouvé de logiciels libres permettant d’en réaliser.

etatart3.png

Acquérir l’état des connaissances sur un sujet précis demande de la méthode et des outils pour faciliter l’accès à l’information. Dans le cadre d’une thèse, ce travail d’étude de l’état des connaissances permettra au doctorant / chercheur de devenir spécialiste du domaine étudié, de reconnaitre les équipes / personnes produisant des travaux majeurs, d’ajuster ses idées / sa recherche par rapport aux travaux récents pour réaliser un travail original.

Pour acquérir cet état des connaissances, il y a un chemin assez long à parcourir et il est prudent de s’intéresser dés le départ à la façon de s’organiser et aux outils pour faciliter cette recherche.

S’organiser

  1. Commencez par mettre en place un outil de gestion de bibliographie pour stocker les références des articles / thèses que vous allez lire.
  2. Ajouter un maximum d’information pour chaque référence (mots clés, résumé), cela vous permettra d’effectuer facilement des recherches dans votre base de données bibliographique.
  3. Certains gestionnaires de bibliographie offrent une compatibilité avec bibtex, vous pourrez ainsi facilement ajouter vos citations dans LaTeX. Faites en sorte que vos entrées bibliographiques respectent un certain formalisme (voir billet sur JabRef). Pour ceux qui préfèrent Word, il y a EndNote ou bien d’autres gestionnaires abordés dans ce billet.

Rechercher l’information

  1. Lisez plusieurs thèses relativement proches du domaine à étudier. Prenez soin de noter les références importantes: vous pouvez les ajouter dans votre gestionnaire de biblio et les « marquer » pour les récupérer et les lire plus tard.
  2. Faites des recherches d’articles à partir de portails spécialisés: Google scholar, ScienceDirect, PubMed, ACM Portal, Google (pas trop spécialisé mais toujours efficace), CiteULike, CiteSeer, etc.
  3. Pour compléter votre culture du domaine de recherche, intéressez vous aux chercheurs dont les travaux ont beaucoup d’influences ainsi qu’aux conférences ou revues qui proposent des articles dans votre domaine. Votre gestionnaire de bibliographie vous aidera à rendre ces informations plus évidentes.

Se tenir informé

  1. De nombreux articles paraissent chaque jour. Vous pouvez utiliser les alertes par email de google ou bien de certains portails comme ScienceDirect pour être informé de la parution d’un article proche de votre domaine de recherche.
  2. Il y a maintenant beaucoup mieux que les alertes par mail ou bien les newsletter: les flux RSS. Combiné à l’excellent agréateur de flux Google Reader, il me semble difficile de faire mieux à l’heure actuelle: la plupart des revues proposent des flux RSS, ainsi, dés la parution d’un nouveau numéro ou bien d’articles en préprint, le flux est actualisé. Votre agréateur de flux reçoit, mélange et organise visuellement ces flux: pour résumé, vous avez accès d’un seul coup à la liste de tous les articles et call for paper parus récemment et auxquels vous êtes abonnés. Plus besoin d’aller fouiller dans les newsletters auxquelles vous êtes abonnés.

Partager

Les marque-pages sociaux (social bookmarking) deviennent de plus en plus populaires (del.icio.us, Digg). Les internautes partagent et organisent les liens et les informations qu’ils trouvent intéressants. CiteULike est basé sur ce principe et se destine principalement aux chercheurs. Voici une liste des fonctionnalités proposées:

  • La bibliographie: CiteULike vous permet de constituer une bibliographie, de partager des articles avec d’autres utilisateurs et d’associer des articles à des groupes.
  • Les groupes sont créés par les utilisateurs et correspondent généralement à des noms d’équipe ou bien à des thématiques de recherche.
  • Partager des articles permet de repérer des personnes proches de votre thématique de recherche. Vous pouvez alors entrer en contact avec elles et vous abonner à leur bibliographie à l’aide de flux RSS.
  • Vous pouvez également proposer une discussion sur un article particulier.

wordlatex3.png

Word et LaTeX sont sans doute les outils les plus utilisés par les scientifiques pour rédiger des documents. Ces deux outils ont leurs avantages et inconvénients par rapport aux critères suivants :

Rédaction de documents courts

Si vous souhaitez rédiger une lettre rapidement avec une mise en forme correcte (lettre de préavis, électricité, téléphone, etc.), Word fera très bien l’affaire. Si vous disposez d’un modèle de lettre, vous irez encore plus vite.

Sans modèle de lettre, LaTeX vous fera perdre beaucoup de temps. Généralement, pour les documents courts, Word est largement suffisant.

Rédaction de documents longs

Les documents longs font généralement intervenir des fonctionnalités qui n’ont pas lieu d’être pour les documents courts (style, sommaire, bibliographie, découpage du document en fichiers séparés, etc.). Bien que Word permette de gérer les documents longs comme expliqué dans ce billet, LaTeX représente un outil bien plus puissant et accessible pour traiter les fonctionnalités associées à un document long.

Se former à ces fonctionnalités sur Word demandera pas mal de temps, autant consacré ce temps à se former sur LaTeX, qui au final, permettra la génération d’un document de bien meilleure qualité visuelle.

A noter que Word et LaTeX permettent tous les deux la gestion des images vectorielles. Cependant, ces images (de type eps par exemple) peuvent apparaitre dégradées lors de la visualisation (pas à l’impression).

Facilité d’utilisation

Word est le traitement de texte le plus populaire, son utilisation est intuitive pour les fonctionnalités de bases. En revanche, pour les fonctionnalités plus complexe (associées aux documents longs par exemple), c’est l’inverse. Dés qu’il faudra sortir des sentier battus, les utilisateurs se retrouveront un peu perdu.

LaTeX reste fidèle à la manière de procéder pour les documents courts ou longs. Le système de « balises » est un peu étrange au départ mais on s’y fait assez vite et l’utilisation de nouvelles balises ne déroute plus l’utilisateur.

Qualité du document

Word et LaTeX permettent tous les deux de réaliser des documents de trés bonne qualité (professionnel). Cependant, pour atteindre ce degré de qualité, soit on dispose d’un « modèle » dans lequel on va ajouter du contenu, soit on est un expert.

Si on ne dispose pas de modèle sous Word, il sera nécessaire de constituer son propre modèle, ce qui demandera beaucoup de temps, notamment en ce qui concerne le style, les entêtes, les pieds de page, etc.

Sous LaTeX, les choses sont plus évidentes grâce au système de balises Les modèles de documents LaTeX (articles, thèses, CV, posters, etc.) sont beaucoup plus nombreux et disponibles que les modèles Word.

Fonctionnalités particulières pour les scientifiques

Les fonctionnalités en vrac: bibliographie, images vectorielles, formatage de type « algorithme », générateur de graphe, index, index des auteurs cités, etc.

En ce qui concerne la bibliographie, Word nécessite un logiciel additionnel (Endnote par exemple) pour intégrer des citations. A noter que la version de Word 2007 intègre la gestion de la bibliographie.

Les scientifiques apprécient généralement les outils qui permettent de mettre en forme leur données brutes (algorithme, graphe, etc.) directement dans le document. Word est relativement pauvre pour ce qui est de ce type de mise en forme. On passera généralement par un logiciel dédié pour extraire l’illustration réalisé et l’inclure dans Word sous forme d’image. Sous LaTeX, il y a une grosse communauté qui partage des « packages » associés à divers types de données et permettant une mise en forme de très bonne qualité.

Un très bon point pour Word pour la fonction de suivit de correction, trés pratique pour la correction d’articles en anglais par exemple. Un autre bon point pour la correction de l’orthographe et la grammaire. La correction de l’orthographe est possible avec LaTeX, il suffit d’installer le dictionnaire français dans votre éditeur de texte.

Prix

Word est payant, LaTeX est gratuit. Vous pouvez utiliser une alternative gratuite à Word : Open Office Writer, mais bon, si c’est pour choisir une solution gratuite, autant, utiliser LaTeX.

Bibliographie

Pour réaliser des illustrations, des figures ou des images pour votre document long, vous avez à disposition de nombreux logiciels gratuits. On peut regrouper les types d’images en deux catégories :

  • Les images matricielles: format approprié pour les photos ou bien les captures d’écran.
  • Les images vectorielles: pour tout le reste (graphique, diagramme, schéma). La qualité des images vectorielles restera toujours optimale d’où son énorme intérêt (voir l’article sur wikipedia).

Logiciels pour les images matricielles

Pour les images matricielles, vous pouvez utiliser le format JPG, TIFF ou bien PNG. Le format TIFF n’est pas géré par LaTeX. Si vous devez créer l’image ou que vous disposez d’images BITMAP, privilégiez le format PNG pour la compression sans perte. Voici les logiciels recommandés :

  • paint.net est un outil extrêmement simple et efficace. Il autorise la gestion des calques, fonction très utile pour recadrer simultanément plusieurs images. Il conviendra sûrement dans 95% des cas.
  • Gimp est plus complet mais aussi plus difficile à utiliser.

Logiciels pour les images vectorielles

La création d’images vectorielles fait appel à des outils variés et spécifiques à des contextes. LaTeX et Word peuvent gérer les images vectorielles d’extension EPS. Pour LaTeX, si vous compilez en PDF, il vous faudra utiliser le package epstopdf. Pour Word, il existe une forte interaction entre les applications Microsoft et généralement, un copié-collé d’un diagramme réalisé sur Excel ou Visio s’intègre très bien dans Word. Voici une liste des logiciels permettant de générer des images EPS à partir d’un contexte précis.

  • Données issues d’un tableur (graphique, diagramme, tableau, etc.): créer l’objet sur OpenOffice Calc, le copier-coller sur OpenOffice Draw et l’exporter en EPS.
  • Schémas, illustrations : OpenOffice Draw, Inkscape ou Adobe Illustrator.
  • Figures générées avec Matlab.
  • Maillages polygonaux 3D : Meshman.
  • etc.

Adobe Illustrator est un logiciel très puissant. Il permet notamment de retoucher vos images EPS.

LaTeX représente un outil particulièrement adapté pour faire des documents longs car il gère très facilement la table des matière, les titres, les formules mathématiques, la bibliographie, etc.

Gérer les mêmes choses sous Word n’est pas aussi évident. Word est l’outil adapté pour rédiger des textes courts mais pour les documents longs, il faut aller farfouiller un peu dans les menus pour trouver les fonctionnalités désirées.

Gestion de documents longs

Si vous prévoyez de rédiger un gros document, il peut être intéressant de découper votre document en plusieurs fichiers (correspondant à des chapitres par exemple). Le mode Plan (menu Affichage -> Mode Plan) permet de gérer un document maître et ses sous-documents associés. Vous pourrez trouver des infos sur le site de cathyastuce.

Gestion des titres

Les titres ainsi que les niveaux de titres sont accessibles à partir du menu Fomat -> Styles et mise en forme. Un menu à droite de votre document va apparaître et vous aurez la possibilité de définir vos styles de titres (police, numérotation, hiérarchie des titres, etc.).

Générer la table des matières

La table des matières peut être créée une fois que les styles et les niveaux de titre ont été définis. La génération de la table des matières est accessible à partir du menu .Vous pourrez trouver des infos sur le site Developpez.com.

Les formules mathématiques

Il existe un éditeur d’équations accessible à partir du menu Outil -> Personnaliser -> onglet Commande -> catégorie Insertion puis dans les commandes, chercher l’éditeur d’équation. Glissez ensuite le bouton Editeur d’équation sur une des vos barre d’outils. Vous pourrez trouver des infos sur le site de ETEACHING. Vous pouvez aussi utiliser la barre Math disponible sur le site Web Math-Editor.

Gérer sa bibliographie et l’assimiler à Word

Si vous disposez de Word 2007, vous pouvez directement gérer votre bibliographie comme cela est expliqué sur le Flash Info de Jacqueline Frey. Vous pouvez aussi utiliser un gestionnaire de références bibliographiques comme Endnote malheureusement il est payant. Il existe une alternative gratuite: Bibus. Il permet de classer vos références et est compatible avec Word et OpenOffice. Pour ajouter une citation dans Word, rien de plus simple:

  • Lancer Word et Bibus
  • Ajouter au moins une référence dans Bibus
  • Dans Bibus, allez dans le menu MSWord puis cliquez sur Insérer la citation. Dans Word, la citation sera automatiquement ajoutée.
  • Une fois vos citations ajoutée, vous pouvez créer ou actualiser la bibliographie dans votre document Word. Ces actions sont directement pilotable à partir de Bibus : allez dans le menu MSWord puis cliquez sur Mettre à jour la bibliographie.